1. Accueil
  2. ...
  3. Partenariats internationaux
  4. Réduire les effets des catastrophes et des situations d'urgence

Réduire les effets des catastrophes et des situations d'urgence

Nous avons pour objectif de réduire les effets des catastrophes et des situations d'urgence, à la fois sur les communautés et sur notre entreprise, par le biais de partenariats concentrés sur la préparation, l'aide et la réadaptation. Depuis des années, Unilever apporte des solutions aux catastrophes mondiales et aux crises humanitaires avec une combinaison d'expertise professionnelle, de donation de produits, d'aide financière et de contributions des employés.

59 millions : nombre de personnes déplacées pour des raisons d'instabilité sociale et politique à la fin de l'année 2014 1

19 millions : nombre de personnes déplacées en raison de catastrophes naturelles en 2014 2

Depuis des années, Unilever apporte des solutions aux catastrophes mondiales et crises humanitaires avec une combinaison d'expertise professionnelle, de donation de produits, d'aide financière et de contributions des employés.

Aujourd'hui, la fréquence des catastrophes naturelles est cinq fois plus importante qu'elle ne l'était en 1970. L'intensité des inondations, des séismes et des tempêtes est en constante augmentation, de même que les impacts négatifs sur notre planète et ses habitants. Le changement climatique représente une menace réelle, et nous constatons également un accroissement du niveau d'instabilité sociale et politique. Le résultat : des millions de personnes à travers le monde doivent faire face à des situations menaçant leur sûreté, leur bien-être et leur sécurité.

Ces crises ont également un impact direct sur Unilever, car elles entraînent une interruption et une instabilité de notre chaîne logistique et de nos clients. Étant donné l'impact du changement climatique, le coût des catastrophes naturelles va évidemment augmenter.

En tant qu'entreprise engagée dans le développement durable, nous avons pour objectif de garantir une interruption minimale de nos activités tout en fournissant une assistance en cas de crise mondiale : les entreprises ne peuvent pas fermer les yeux sur le monde dans lequel elles opèrent. Notre assistance intègre une expertise dans le programme de changement des comportements et dans la gestion de la chaîne logistique, ainsi que des donations de produits, une aide financière et des contributions provenant de plus de 170 000 employés à travers le monde.

Grâce à nos partenaires, nous pouvons assurer une assistance sur trois niveaux : la préparation, l'aide et la réadaptation.

Préparer les communautés, les réseaux et les chaînes logistiques

Notre travail de préparation se concentre sur la compréhension des endroits à risque élevé, l'investissement dans la résilience, la garantie d'une collaboration entre les différents secteurs et la protection de nos chaînes logistiques.

Il est essentiel de garantir le bon fonctionnement des réseaux entre les secteurs, à la fois pour la préparation et la réaction aux catastrophes et situations d'urgence. Les secteurs public, privé et les ONG doivent continuer à travailler ensemble afin d'améliorer la coordination des réactions. 

Paul Polman, notre PDG, gère ce programme en représentant le secteur privé au sein de l'International Oversight Group (IOG, groupe de surveillance international), mis en place par l'Institute of Medicine afin de créer un cadre global pour les réactions aux états d'urgence. Nous encourageons également le dialogue parmi la communauté des entreprises sur le rôle du secteur privé dans la réponse aux catastrophes et aux situations d'urgence.

À la suite d'une discussion du secteur privé tenue en collaboration avec la Banque Mondiale à Davos en 2015, le Forum économique mondial a publié un rapport en collaboration avec le Boston Consulting Group, intitulé Managing the Risk and Impact of Future Epidemics : Options for Public-Private Cooperation (Gérer le risque et l'impact de futures épidémies : Options pour une coopération des secteurs public/privé). Ce rapport se concentre sur la manière dont le secteur privé peut exploiter son potentiel au maximum afin de se préparer et gérer d'éventuels foyers ou épidémies.

En ce qui concerne notre entreprise, nous investissons dans les zones géographiques à risque élevé de catastrophe. Celles-ci comprennent les pays vulnérables au changement climatique, comme les Philippines, où nous avons travaillé en collaboration avec l'UNICEF afin d'éduquer les communautés à l'importance de bonnes pratiques WASH afin d'éviter la propagation de maladies à la suite d'une catastrophe. 

Nous avons également travaillé avec l'association Save the Children au Myanmar, afin de se préparer et de réagir aux catastrophes de façon rapide et efficace par le biais de la mise en place en amont de 3 000 kits ménagers et d'hygiène. Ces kits seront déployés en cas de catastrophe et peuvent venir en aide à 18 000 personnes.

Apporter une aide rapide en cas d'urgence

©Chris de Bode/Save the Children

Lorsqu'une catastrophe ou une situation d'urgence se produit, une réponse rapide peut représenter une différence vitale pour les communautés touchées. Nos contributions à ces opérations de secours comprennent une expertise dans le programme de changement des comportements et dans la gestion de la chaîne logistique, des donations de produits, une aide financière et des contributions provenant des employés, ces dernières étant complétées par Unilever.

Nous avons développé un guide permettant à nos bureaux nationaux et internationaux de travailler en étroite collaboration avec nos partenaires, afin de comprendre les ressources dont ils ont besoin et de les localiser selon les capacités de l'entreprise. Ce processus nous permet de réagir de façon rapide et efficace en temps de crise.

Lorsque la maladie Ebola a frappé en août 2014, nous avons mobilisé nos ressources au niveau régional en partageant notre expertise et par le biais de donations en nature. Nous avons également travaillé en collaboration avec nos partenaires internationaux, dont le département du développement international au Royaume-Uni (DFID), l'UNICEF, l'association Save the Children et l'organisation Population Services International (PSI). Nous avons par ailleurs distribué 2,4 millions de pains de savon Lifebuoy et 75 000 boîtes de détergent pour lessive au Nigeria et au Liberia. 

Afin d'aider le DFID à mettre en place des programmes de changement des comportements dans les zones touchées, nous avons également réalisé un atelier afin de partager notre expertise en matière de campagnes de changement des comportements à grande échelle. L'objectif ainsi visé était de réduire de façon significative les niveaux d'infection. De plus, nous avons réalisé un appel mondial au don parmi les employés avec plusieurs de nos partenaires internationaux, et complété les contributions.

Reconstruire les communautés, les économies et les chaînes de valeur

Écolier dans un camp de réfugiés

Lorsque des personnes sont frappées par une catastrophe ou une situation d'urgence, les effets peuvent perdurer bien après la fin de la crise initiale. Les conditions de vie, les communautés et les économies peuvent toutes se voir durement touchées, c'est la raison pour laquelle nous soutenons la reconstruction de chaînes de valeur durables par le biais d'une série de programmes de réadaptation aux impacts positifs sur la santé à long terme. Nous avons par exemple soutenu le travail de Save the Children dans la crise des réfugiés syriens, y compris en Jordanie. 

À ce jour, Save the Children a atteint plus de 976 000 personnes au Liban, en Jordanie, en Irak, en Égypte et en Syrie, dont plus de 648 000 enfants. Grâce au soutien de l'équipe de Global Partnerships et aux contributions des employés, Unilever aide Save the Children à mettre en place des installations telles que des jardins d'enfants, des centres d'activité et des centres communautaires en Jordanie. Il s'agit de lieux sûrs et accueillants, où les enfants et leurs parents peuvent se rassembler et retrouver un semblant de vie normale.

1 Source : Global Trends : Forced Displacement in 2014 (Tendances mondiales : Déplacements forcés en 2014). Bureau du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, 2015

2 Source : Centre de surveillance des déplacements internes, 2015

Back to top