The Unilever Sustainable Living Plan for

Les gaz à effet de serre

Les gaz à effet de serre

Sécheresses, inondations, mauvaises récoltes, perturbation et déplacement de communautés, impact sur les économies : les menaces potentielles que représente le changement climatique sont considérables et urgentes. Bien que la lutte contre le changement climatique pose de sérieux défis, elle offre également des possibilités majeures.

Prendre des mesures relatives au changement climatique est une nécessité, toutefois, c'est également l'occasion de développer notre entreprise en saisissant les opportunités tout au long de notre chaîne de valeur.

Nous voulons prendre part au mouvement mondial en faveur de la création d'une économie à faibles émissions de carbone. C'est pourquoi nous augmentons notre recours à des énergies renouvelables en vue d'afficher un bilan carbone positif dans nos activités d'ici à 2030. Nous nous sommes également fixé un objectif basé sur la science* : diminuer de moitié l'impact de nos produits en termes d'émissions de gaz à effet de serre (GES) tout au long de leur cycle de vie d'ici 2030.**

Le pilier GES de notre Plan Unilever pour un mode de vie durable contribue à un certain nombre d'Objectifs de Développement Durable des Nations Unies (ODD), en particulier les suivants : Énergie propre et d'un coût abordable (ODD 7), Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques (ODD 13) et Vie terrestre (ODD 15).

Notre stratégie

Notre souhait est que le bas carbone devienne la nouvelle norme ; c'est pourquoi nous agissons pour réduire les émissions de GES tout au long de notre chaîne de valeur.

Eliminating fossil fuels in manufacturing

Prendre des mesures dans l'ensemble de notre chaîne de valeur

Suite à l'Accord de Paris, près de 200 pays poursuivent leurs efforts pour mettre en place des réformes visant à réduire les émissions de carbone, ouvrant la voie à des possibilités d'investissement en faveur du climat équivalentes à quelques 23 milliards de dollars d'ici à 2030. Pour transformer l'infrastructure actuelle à forte intensité de carbone en une infrastructure bas carbone, il est primordial de changer les systèmes. Les risques associés au changement climatique vont au-delà des frontières entre les pays, les continents, les industries et les sociétés. L'ODD 17 – Partenariats pour la réalisation des objectifs – est déterminant pour permettre de progresser à l'égard des 16 autres ODD. Les entreprises, les gouvernements et les citoyens ont tous un rôle à jouer ; mais il est indispensable de travailler en collaboration pour opérer un changement dans les systèmes. C'est pour cette raison que nous privilégions la sensibilisation et les partenariats avec les autres acteurs.

Cela nous a mené à travailler sur des questions touchant l'intégralité de notre chaîne de valeur, de la lutte contre la déforestation en passant par l'amélioration de l'empreinte carbone de notre chaîne d'approvisionnement agricole jusqu'à une conception accrue de produits à plus faible émission de GES destinés à un usage domestique.

27 % de notre empreinte GES provient des matières premières utilisées pour les ingrédients et les emballages. L'impact que le changement climatique aura sur l'agriculture sera différent selon les régions du monde. Le lancement du nouveau Code d'Agriculture Durable, prévu en 2018, marquera une étape importante dans notre programme d'approvisionnement durable. En effet, il établit des directives sur tous les aspects qui constituent une agriculture respectueuse du climat.

Au cœur de notre chaîne de valeur se trouvent nos propres usines et sites. Il s'agit des parties de notre entreprise sur lesquelles nous exerçons le plus grand contrôle. Nous nous sommes engagés à afficher un bilan carbone positif au niveau de nos activités d'ici 2030. Cela signifie que 100 % de l'énergie que nous utilisons proviendra de sources renouvelables. En outre, nous envisageons de soutenir directement une production d'énergie renouvelable supérieure aux besoins de nos activités, en mettant l'excédant à la disposition des marchés et des communautés au sein desquels nous sommes présents.

La technologie et l'innovation jouent un rôle crucial dans la lutte contre le changement climatique, et dans la création des possibilités économiques qui accompagneront une économie bas carbone. Plus de 60 % de notre empreinte GES provient de l'utilisation de nos produits par nos consommateurs à leur domicile. Afin de la réduire, nous exploitons nos connaissances et nos ressources en matière d'innovation et de recherche et développement en vue de proposer aux personnes des produits qu'ils apprécient mais qui impliquent un impact de GES moindre.

Le groupe de travail sur la transparence financière climatique (TCFD)

Un nombre croissant d'investisseurs souhaitent obtenir davantage d'informations sur la manière dont les entreprises répondent aux effets du changement climatique, et nous sommes conscients qu'il est important de faire preuve de transparence à l'égard des risques et opportunités liés au climat. L'adoption des recommandations du TCFD représente une avancée importante pour permettre aux forces du marché de procéder à une distribution efficace du capital et favoriser une transition fluide vers une économie à faibles émissions de carbone.

Dans le cadre de notre entreprise, le changement climatique affecte l'ensemble de nos activités ; nous y faisons face grâce aux nombreuses initiatives de notre Plan Unilever pour un mode de vie durable. Nous avons intégré des informations relatives au climat dans notre Rapport annuel et comptes 2017 et au sein des sections Réduire l'impact environnemental - Gaz à effet de serre, Eau, Déchets et Approvisionnement durable de notre Rapport 2017 relatif à un mode de vie durable.

Notre approche

Notre engagement principal est de diminuer de moitié l'impact des GES de nos produits tout au long de leur cycle de vie d'ici à 2030. Cet engagement est un objectif basé sur la science et appuyé par notre ambition, elle aussi fondée sur des données scientifiques, d'afficher un bilan carbone positif. Nos cibles en ce sens sont définies comme « conformes au niveau de décarbonisation requis pour limiter le réchauffement mondial à 2 °C par rapport aux températures préindustrielles »***, principe qui sous-tend l'Accord de Paris.

Pour comprendre les risques financiers que le changement climatique pourrait avoir sur notre entreprise, nous avons réalisé une évaluation de haut niveau de l'impact des scénarios d'un réchauffement planétaire de 2 °C et de 4 °C en 2030. Nous avons identifié les répercussions importantes que chacun de ces scénarios aurait sur les activités d'Unilever en nous basant sur des données internes et externes déjà existantes. En fonction des résultats de l'analyse de ces scénarios, nous prenons des mesures pour faire face aux risques que le changement climatique représente pour notre entreprise, tout en tirant profit des possibilités que ces changements pourraient offrir à l'ensemble de notre chaîne de valeur.

Principaux impacts du scénario d'un réchauffement de 2 °C :

  • Le prix du carbone est mis en place dans des pays clés, entraînant une augmentation aussi bien des prix de fabrication que des prix des matières premières, telles que les ingrédients laitiers et les métaux utilisés dans les emballages.
  • Des exigences en faveur d'un taux de déforestation nul sont introduites et la transition vers une agriculture durable exerce une pression sur la production agricole, faisant augmenter le prix de certaines matières premières.

Principaux impacts du scénario d'un réchauffement de 4 °C :

  • La sévérité et le caractère chronique de la contrainte hydrique entraînent une chute de la productivité agricole dans certaines régions, impliquant une hausse des prix des matières premières.
  • L'augmentation de la fréquence des conditions météorologiques extrêmes (tempêtes et inondations) affecte de plus en plus souvent nos réseaux de fabrication et de distribution.
  • La hausse des températures ainsi que les phénomènes météorologiques extrêmes réduisent l'activité économique et la croissance du produit intérieur brut (PIB), provoquant une chute des niveaux de vente.

Les résultats de l'analyse de ces scénarios confirment l'importance de poursuivre nos travaux afin de nous assurer que nous comprenons bien la relation de dépendance entre le changement climatique et nos activités. Il convient également de veiller à mettre en place des plans d'action pour nous aider à atténuer ces risques et à préparer notre entreprise à l'environnement futur dans lequel nous serons présents.

Pour faire face au changement climatique, nous avons adopté une approche combinée consistant à apporter des changements à nos propres activités, dont l'objectif de réduire les émissions sur lesquelles nous avons le plus de contrôle, tout en participant aux efforts collectifs et de sensibilisation pour favoriser les changements des systèmes à plus grande échelle, nécessaires pour créer un monde bas carbone. Notre travail englobe les éléments suivants :

Notre engagement

D'ici 2030, nous réduirons de moitié l'impact de nos produits en termes d'émissions de gaz à effet de serre tout au long de leur cycle de vie.**

En outre, au niveau de nos propres activités, nous afficherons un bilan carbone positif d'ici 2030, en supprimant les combustibles fossiles de notre mix énergétique et en passant à 100 % d'énergies renouvelables. Nous envisageons également de soutenir directement une production d'énergie renouvelable supérieure à nos besoins, en mettant l'excédant à la disposition des marchés et des communautés au sein desquels nous sommes présents.

Les progrès réalisés à ce jour

Nous avons diminué de 47 %† nos émissions de CO2 par tonne de production dans nos activités et nous avons continué à développer des produits à plus faible impact de GES. Néanmoins, l'impact de GES de nos produits tout au long de leur cycle de vie a augmenté d'environ 9 %† depuis 2010.**

Les défis futurs

La dynamique qui sous-tend la lutte contre le changement climatique continue de s'intensifier. De plus en plus d'investisseurs prennent en compte la résilience au changement climatique dans leurs décisions. De plus, selon une étude que nous avons menée en 2016, les consommateurs recherchent de plus en plus des entreprises et produits durables. Nous sommes convaincus que la transition vers un modèle bas carbone pour les économies et les sociétés est possible, mais il ne fait aucun doute qu'il reste des défis à relever.

La quantité d'énergies renouvelables disponibles est en hausse, et les prix diminuent rapidement. Toutefois, la plupart des infrastructures mondiales continuent à dépendre des combustibles fossiles. Cela signifie par exemple que l'électricité utilisée pour chauffer l'eau, y compris l'eau chaude utilisée par nos consommateurs, contribue considérablement aux émissions de GES.

Pour respecter notre engagement, à savoir diminuer de moitié l'impact de nos produits en termes d'émissions de GES tout au long de leur cycle de vie d'ici 2030, nous sommes dépendants de nombreux facteurs externes, tels que l'efficacité énergétique des appareils des consommateurs et l'intensité carbone de l'énergie fournie dans leur foyer, ainsi que le comportement même des consommateurs.

Selon nous, le prix du carbone fait partie intégrante de la réponse globale au changement climatique ; sans lui, le monde a peu de chances d'atteindre ses objectifs de réduction du GES. Nous avons ouvertement soutenu les appels en faveur de la tarification du carbone, et nous sommes membre de la campagne Caring for Climate du Pacte mondial des Nations Unies (PMNU) et de la Coalition de leadership de tarification du carbone dirigée par la Banque mondiale. Nous avons mis en œuvre les critères de Leadership des entreprises sur la tarification du carbone du PMNU et, en 2018, nous avons augmenté notre prix interne du carbone de 40 € par tonne.

*Deux de nos objectifs ont été approuvés par l'initiative Science Based Targets (SBTi) en 2017. Nous avons fixé notre premier objectif basé sur la science en 2010 : d'ici 2030, réduire de moitié l'impact de nos produits en termes d'émissions de gaz à effet de serre tout au long de leur cycle de vie. Le deuxième objectif basé sur la science a été introduit en 2015 et vise à garantir que d'ici 2030, 100 % de l'énergie utilisée dans le cadre de nos activités proviendra de sources renouvelables.

**Nos objectifs environnementaux sont exprimés sur une base datant de 2010 et ont été recalculés « par unité de consommation ». Cela signifie une utilisation, une portion ou une part unique d’un produit.

***Tel que décrit dans le cinquième Rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (RE5 du GIEC).

Attesté indépendamment par PwC


Développer pour plus d'informations sur Les gaz à effet de serre

Objectifs et résultats

Nous avons un engagement ambitieux, celui de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre (GES) associées à l'utilisation par les consommateurs de nos produits dans notre chaîne de valeur.


Les gaz à effet de serre
Notre engagement

D'ici 2030, réduire de moitié l'impact de nos produits en termes d'émissions de gaz à effet de serre tout au long de leur cycle de vie.*

Nos résultats

Entre 2010 et 2017, notre impact en termes d'émissions de gaz à effet de serre par unité de consommation a augmenté de près de 9 %.*

Notre approche

En 2017, nos sites de production ont réduit leurs émissions de CO2 de 47 % par tonne de production par rapport à 2008. Nous avons également augmenté notre utilisation des énergies renouvelables pour notre production ; en 2017, leur part a atteint 33,6 %, contre 15,8 % en 2008. En outre, 65 % de toute l'électricité consommée dans le cadre de nos activités de production a été générée à partir de ressources renouvelables.

Depuis le lancement de notre plan en 2010, nous avons beaucoup appris sur les domaines que nous pouvons ou non influencer et savons quels sont ceux qui requièrent une action plus vaste de la part d'autres acteurs. Cela inclut par exemple la transition des réseaux énergétiques vers davantage de sources renouvelables, un processus qui prend du temps. Toutefois, nous sommes sur la bonne voie, et cela va contribuer positivement à la réduction de moitié de l'impact de nos produits en termes d'émissions de GES d'ici à 2030.

Pour assumer notre rôle, nous avons également défini des objectifs en vue d'afficher au niveau de nos opérations un bilan carbone positif d'ici 2030. Nous entendons notamment faire en sorte, toujours dans ce délai, que l'énergie que nous utilisons provienne intégralement de sources renouvelables. En outre, nous devrons produire plus d'énergie renouvelable que nous n'en consommons et mettre l'excédent produit à la disposition des marchés et des communautés où nous sommes présents.

Néanmoins, l'impact des GES de nos produits a augmenté de 9 % depuis 2010.* La croissance sous-jacente des ventes sur la même période ayant été de 33,1 %, il est encourageant de constater que nous parvenons à dissocier l'impact de notre chaîne de valeur en termes de GES de la croissance de notre entreprise.

La hausse des émissions de GES par unité de consommation est principalement due à notre activité hygiène-beauté qui a élargi notre gamme de produits capillaires et pour la douche par le biais d'acquisitions. Plus de 60 % de l'empreinte GES de notre chaîne de valeur provient de l'utilisation des consommateurs, essentiellement l'eau chaude provenant de leurs douches, un facteur sur lequel il est plus difficile d'influer.


  • Réalisé 

  • Conforme au plan

  • Non conforme au plan

  • %

    De l'objectif atteint

Key
  • Réalisé 

    .

  • Conforme au plan

    .

  • Non conforme au plan

    .

  • %

    De l'objectif atteint

    .

Nos objectifs

Veuillez consulter l'Attestation indépendante pour plus d'informations sur notre programme d'attestation au sein du Plan Unilever pour un mode de vie durable.

Afficher un bilan carbone positif au niveau de la production

  • D'ici 2020, les émissions de CO2 résultant de la consommation d'énergie de nos usines seront égales ou inférieures à celles de 2008 malgré des volumes de production bien plus élevés.

Cela équivaut à une réduction d'environ 40 % par tonne de production.

Par rapport aux données de référence de 1995, cela représente une diminution de 63 % par tonne de production et une diminution absolue de 43 %.

1 218 554 tonnes de moins de CO2 en 2017 qu'en 2008 (une réduction de 47 % par tonne de production).

Par rapport à 1995, cela représente une baisse de 69 % en valeur absolue.


Nous afficherons un bilan positif au niveau de notre production d'ici à 2030 :


  • D'ici 2030, 100 % de l'énergie utilisée dans le cadre de nos activités** proviendra de sources renouvelables.

En 2017, 33,6 % de l'énergie que nous avons utilisée dans le cadre de nos activités de production était générée à partir de ressources renouvelables, contre 15,8 % en 2008.


  • D'ici 2020, toute l'électricité que nous achetons auprès du réseau électrique proviendra de ressources renouvelables.

En 2017, 65 % de toute l'électricité consommée dans le cadre de nos activités de production était générée à partir de ressources renouvelables.


  • D'ici 2020, nous supprimerons le charbon de notre mix énergétique.

En 2017, 1,1 million de gigajoules d'énergie consommée dans le cadre de notre production étaient générés par du charbon. Au cours de l'année, 16 de nos sites de production utilisaient de l'énergie produite à partir de charbon. Fin 2017, ce chiffre a été réduit à 12 sites.


  • Afin d'atteindre notre objectif visant à afficher un bilan carbone positif d'ici 2030, nous envisageons de soutenir directement une production d'énergie renouvelable supérieure à nos besoins, en mettant l'excédant à la disposition des marchés et des communautés au sein desquels nous sommes présents.

En 2017, nous avons continué à élaborer notre méthodologie et ferons état des progrès réalisés au niveau de notre objectif dans notre Rapport 2018 relatif à un mode de vie durable.


  • Toutes les usines nouvellement construites devront avoir un impact deux fois inférieur aux données de référence pour 2008.

Les nouvelles usines en Turquie, au Vietnam, en Inde et en Iran ont démarré la production en 2017. Lorsqu'elles seront pleinement opérationnelles, leurs émissions de CO2 devraient être deux fois moins élevées que celles pour l'année de référence 2008.


Notre approche

En 2017, nos sites de production ont réduit leurs émissions de CO2 de 8,1 % par tonne de production par rapport à 2016 et de 47 % par tonne de production par rapport à 2008, même si nous avons atteint notre objectif avec quatre années d'avance en 2016. En 2017, nous avons produit 1 218 554 tonnes de CO2 de moins qu'en 2008, notre année de référence. Nous avons continué de réduire notre consommation énergétique de 2,8 % par tonne de production en 2017, soit de 26 % depuis 2008.

En 2015, nous avons annoncé notre ambition d'afficher un bilan carbone positif. Celle-ci remplace notre précédent objectif visant à ce que, d'ici 2020, 40 % de l'énergie utilisée dans le cadre de nos activités proviennent de sources renouvelables. Fin 2017, 109 sites de production dans 36 pays sur tous les continents achetaient 100 % de leur électricité auprès de sources renouvelables certifiées. En 2017, 33,6 % de nos besoins en énergie à l'échelle mondiale ont été satisfaits grâce à des sources renouvelables.

Nos actions pour afficher un bilan positif au niveau de nos opérations

Réduire les émissions de gaz à effet de serre dues aux lessives

Reformuler nos produits pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 15 % d'ici 2012.

Plus de 95 % (en volume) de nos poudres de lavage présentes dans nos 14 pays principaux ont été reformulées pour obtenir une réduction de 15 % de nos émissions de gaz à effet de serre à la fin de l'année 2012.

Nous continuons à modifier les formules de nos produits en optimisant l'utilisation des matières premières pour les poudres et les capsules, et en optimisant la fabrication.


Notre approche

Les détergents liquides de lavage présentent une empreinte de GES inférieure à celle des poudres. Nous représentons un moteur de l'évolution du marché grâce aux produits liquides : nous nous développons plus rapidement avec cette forme de produit, là où se trouvent déjà des produits sous forme de poudre, dosettes et liquides.

Un grand nombre de nos détergents liquides sont désormais vendus sous forme concentrée, ce qui réduit les émissions de GES. Ils offrent d'excellentes performances de nettoyage à faibles températures. Nous augmentons également le nombre de lavages avec les doses à l'unité sous forme de capsules, grâce auxquelles les consommateurs ne peuvent plus surdoser ou sous-doser.

Nous restons en tête du secteur pour ce qui est du développement de poudres à faible impact, en éliminant ou en réduisant les phosphates et zéolites qui constituent des éléments importants à l'impact de GES élevé. Nous avons complètement éliminé les phosphates de nos produits pour lave-vaisselle. Nous avons également atteint une réduction de 95 % de l'utilisation mondiale des phosphates dans nos poudres pour lessive et ainsi obtenu une réduction allant jusqu'à 50 % des émissions de CO2 par unité de consommation. Nous continuons à étudier les technologies qui pourraient nous permettre de proposer des produits sans phosphate à l'avenir.

Innover pour réduire les gaz à effet de serre

Réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par les transports

D'ici 2020, les émissions de CO2 produites par notre réseau logistique mondial seront inférieures ou égales aux niveaux de 2010 malgré des volumes beaucoup plus élevés. Cela représentera une amélioration de 40 % de l'efficacité en matière de CO2.

Nous y parviendrons en réduisant le kilométrage des camions, en utilisant des véhicules à émissions moindres, en recourant à d’autres types de transport comme le train ou le bateau et en améliorant le rendement énergétique de nos entrepôts.

Réduction de 31 % des émissions de CO2 depuis 2010. Amélioration de 6 % de l'efficacité en matière de CO2 et diminution de 4 % en valeur absolue en 2017 par rapport à 2016.1


Notre approche

Entre 2010 et 2017, nous avons enregistré une amélioration de 31 % de l'efficacité en matière de CO2. Nous avons réalisé des progrès constants, et certains de nos groupes de marché ont atteint leur amélioration la plus importante de l'efficacité en matière de CO2.

Le respect de notre engagement pour 2020 demeure un objectif ambitieux, mais nous sommes déterminés à y parvenir en continuant à bâtir sur les fondations solides que nous avons mises en place. Grâce à l'innovation et au développement de projets de réduction du carbone, nous comptons partager nos bonnes pratiques afin de garantir l'efficacité de notre logistique liée au transport.

Nous utilisons de plus en plus les formes de transport non routières, comme les trains ou les bateaux, pour déplacer les marchandises. Dans le cas des trajets qui passent par la route, nous explorons les possibilités offertes par des technologies telles que le gaz naturel liquéfié (GNL) en tant que carburant alternatif, le recours à des véhicules électriques, des isolants thermiques pour les camions à température contrôlée et les technologies basées sur l'hydrogène. Nous travaillons avec nos partenaires pour accélérer l'adoption de ces différentes technologies.

1 Depuis 2010, l’amélioration cumulée est mesurée à travers nos 14 pays principaux ; l’amélioration annuelle est évaluée dans plus de 50 pays.

Réduire les émissions générées par les transports

Réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par la réfrigération

En tant que producteur mondial de crèmes glacées, nous accélèrerons notre déploiement de congélateurs utilisant des réfrigérants naturels (hydrocarbure) et respectueux du climat. Lors du lancement de notre Plan en novembre 2010, nous avions déjà acheté 450 000 unités dotées de ces nouveaux réfrigérants.



  • Nous en achèterons 850 000 de plus d'ici 2015.

En 2013, nous avons dépassé notre objectif concernant l'achat de 850 000 congélateurs respectueux du climat, avec un total de près de 1,5 million.

En 2017, ce total a enregistré une nouvelle hausse pour atteindre environ 2,6 millions de congélateurs à base d'hydrocarbure.


Notre approche

Les frigorigènes à base d'hydrocarbures (HC) respectueux du climat que nous utilisons dans nos congélateurs présentent un potentiel de réchauffement planétaire négligeable par rapport aux hydrofluorocarbures (HFC) utilisés auparavant. En effet, ces derniers ont un impact sur le réchauffement de la planète qui est des milliers de fois supérieur à la quantité équivalente de dioxyde de carbone. Grâce au simple fait d'avoir changé le type de réfrigérants, nos congélateurs offrent un rendement énergétique environ 10 % supérieur. Fin 2017, nous avions acheté quelque 2,6 millions de congélateurs utilisant des réfrigérants naturels.

Nous continuons à déployer des congélateurs HC respectueux de l'environnement et choisissons des appareils plus écoénergétiques. En 2017, les congélateurs que nous avons achetés présentaient une efficacité énergétique 50 % supérieure par rapport à nos données de référence de 2008, et même au-delà pour les modèles les plus écoénergétiques. Nous travaillons sur d'autres innovations pour améliorer davantage l'efficacité énergétique de nos congélateurs, notamment en testant l'utilisation de panneaux solaires pour les alimenter.

Congélateurs respectueux du climat

Diminuer la consommation d'énergie dans nos bureaux

D'ici 2020, nous diminuerons de moitié l'énergie (kWh) achetée par occupant pour nos bureaux dans nos 21 pays principaux par rapport à 2010.

Réduction de 30 % de l'énergie (kWh) achetée par occupant depuis 2010.


Notre approche

Nous nous sommes fixé un objectif ambitieux pour 2020 : réduire la quantité d'énergie achetée par occupant sur l'ensemble de nos sites concernés. En 2017, nous avons constaté une légère hausse de la quantité d'énergie globale achetée ainsi qu'une baisse du nombre d'occupants sur ces sites. Nous avons continué à travailler sur des programmes visant à améliorer l'efficacité énergétique sur nos sites, et nombre d'entre eux sont devenus plus efficaces en 2017.

Mais nous devons faire face à la demande d'énergie de nos centres de données et de nos sites de recherche et développement (R&D), qui représentent près de la moitié de l'énergie achetée. En 2017, nous avons réduit de 7 % la consommation énergétique totale de ces centres de données, mais en raison de la demande croissante sur d'autres sites, le pourcentage de réduction par occupant a dépassé les données de 2016. Nos sites de R&D mènent des expériences pilotes dans les usines, qui s'apparentent davantage à des activités de fabrication, et la demande énergétique générée par ces processus n'est pas liée au nombre d'occupants.

Nous avons continué à économiser de l'énergie grâce à l'utilisation de notre outil de gestion de l'alimentation de nos PC. Nous maintenons notre attention sur l'optimisation de nos systèmes de gestion technique d'immeubles et le déploiement d'un éclairage LED dans un certain nombre de nos bureaux afin de réduire notre facture énergétique.

Nous examinons également l'impact carbone de nos décisions d'achat d'énergie. En 2017, 42 % de nos sites concernés ont acheté de l'électricité renouvelable certifiée. En outre, nos bureaux situés dans le centre de Londres et dans le Surrey ont affiché un bilan neutre en carbone grâce à l'achat de gaz renouvelable certifié. Bien qu'il soit difficile de diminuer la quantité d'énergie achetée par occupant, nous continuons à réduire l'impact de nos bureaux en termes de GES.

Réduire l'impact de nos bureaux

Diminuer les déplacements des employés

Nous investissons dans des installations de visioconférence pour faciliter la communication tout en réduisant les déplacements de nos employés. D'ici 2011, ce réseau couvrira plus de 30 pays.

Fin 2011, 54 pays étaient couverts.


Notre approche

Nous avons continué d'investir dans la mise en œuvre de Skype Entreprise et d'installations vidéo avancées afin de réduire notre empreinte transport.

Notre système de visioconférence avancé, Video Presence, est utilisé pour plus de 950 réunions par mois dans l'ensemble des bureaux de Unilever. Nous avons installé des dispositifs de visioconférence dans 90 pays. Cela contribue à diminuer de manière significative nos besoins en transport pour la tenue de nos réunions, ainsi que nos émissions de carbone. Cette mesure offre des avantages évidents en termes de coûts et de gains de temps pour l'entreprise et réduit la fatigue de nos collaborateurs due aux déplacements.

Pour diminuer davantage l'impact des déplacements de nos employés en termes de GES, nous avons introduit des messages sur les avantages de Video Presence lorsque nos collaborateurs utilisent notre système de réservation de voyages pour réserver leurs vols. Cela encourage les employés à ne voyager que lorsque cela est nécessaire.

Réduire l'impact de nos bureaux
Back to top

PARLEZ-NOUS

Nous sommes toujours ravis de parler avec ceux qui partagent l'objectif commun d'un avenir durable.

CONTACTEZ-NOUS

Contactez Unilever et ses équipes de spécialistes ou trouvez des contacts du monde entier.

Contactez-nous