Toggle Effectuer une recherche

The Unilever Sustainable Living Plan for

Améliorer la nutrition

Améliorer la nutrition

Notre vision est celle d'une nutrition durable : des aliments et des boissons savoureux, qui apportent du plaisir et sont une formidable force positive.

L'alimentation est essentielle à la vie

L'alimentation nous nourrit chaque jour. Non seulement elle assure la vie, apporte du plaisir et rassemble les individus, mais elle constitue également un ingrédient important de chaque culture. Sans une alimentation délicieuse et saine, la vie ne serait pas la même, et de nombreuses personnes sont aussi passionnées que nous par l'alimentation et les boissons.

Unilever bénéficie d'un long héritage en termes d'alimentation et de boissons de qualité. Nos marques, telles que Knorr, Hellmann’s, Lipton et Blue Band, proposent une alimentation saine avec des produits savoureux depuis plus de 100 ans. Depuis plus d'une décennie, nous nous efforçons de rendre nos produits, par exemple Ben & Jerry’s, Wall’s, Brooke Bond et Flora, encore plus sains, en augmentant leurs bienfaits et en réduisant les éléments nutritifs sources de préoccupation, comme le sucre, le sel et les acides gras saturés. Nous utilisons également la puissance de nos marques pour donner aux individus les moyens de faire des choix responsables.

Tout ce que nous faisons s'appuie sur des preuves scientifiques concrètes, axées prioritairement sur les personnes qui consomment nos produits. Nous voulons que nos produits plaisent aux personnes qui privilégient une alimentation saine et qui apprécient néanmoins de se faire plaisir de temps en temps. Nous nous engageons à ce que la valeur nutritionnelle de nos produits, par exemple les crèmes glacées pour les enfants, soit clairement indiquée, que les produits soient disponibles dans des portions appropriées et commercialisés de manière responsable. Par ailleurs, nous continuons à soutenir l'éducation et le changement des comportements grâce à nos programmes de nutrition.

Le système alimentaire mondial est en miettes

De nos jours, la manière dont le monde produit et consomme les aliments n'est pas durable. De la surexploitation et du changement climatique en passant par les déchets et jusqu'à une mauvaise alimentation, le système alimentaire a besoin d'être revu et corrigé. D'ici le milieu de ce siècle, les fermes devront nourrir 1,5 milliards de personnes supplémentaires.1 Aujourd'hui, environ une personne sur neuf, soit 800 millions de personnes, vont se coucher le ventre vide chaque soir.2 Pendant ce temps, un tiers des aliments n'est jamais consommé. Cela équivaut à la totalité de la récolte annuelle de l'Afrique subsaharienne et coûte à l'économie mondiale 750 milliards de dollars et 3,3 milliards de tonnes de gaz à effet de serre, sans parler des pertes humaines.

Comme le précisent les objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, apporter le changement est la responsabilité de tous. Les gouvernements doivent collaborer davantage. Les agriculteurs et les producteurs doivent être plus efficaces et adopter des pratiques durables. Les entreprises ont un rôle essentiel à jouer pour que l'alimentation et les boissons durables et bonnes pour la santé deviennent la norme et pour proposer plus de choix aux consommateurs.

La nutrition est essentielle pour atteindre les ODD, en particulier la lutte contre la faim (ODD2). Le Rapport mondial sur la nutrition 2017 affirme, sans même se pencher sur les questions liées à la nutrition, comme par exemple la sous-alimentation, l'obésité, l'agriculture durable et le gaspillage alimentaire, qu'il sera impossible d'atteindre la plupart des ODD, notamment l'ODD1 (Pas de pauvreté), l'ODD5 (Égalité des sexes) et l'ODD13 (Lutte contre le changement climatique). Les arguments économiques en faveur d'une action sont clairs : pour chaque livre sterling dépensée en faveur de la nutrition, il faut au moins 16 livres de retombées économique.

Lorsque notre PDG Paul Polman a rejoint les leaders mondiaux à New York en septembre 2017 à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations unies, il a confirmé le rôle que doivent jouer les entreprises dans la transformation nécessaire du système alimentaire.

Notre stratégie en faveur d'une Nutrition durable

Homme étalant de la margarine Flora sur une tranche de pain

Pour rétablir notre système d'alimentation mondial défaillant, notre vision est celle d'une Nutrition durable : des aliments et des boissons qui sont savoureux, qui apportent du plaisir et sont une formidable force positive. La Nutrition durable est un engagement qui concerne toute la chaîne, des fermes jusqu'à notre assiette, et qui consiste à produire une alimentation et des boissons nutritives accessibles et abordables, dans le respect des écosystèmes, qui assureraient la subsistance des producteurs d'aliments et amélioreraient la santé et le bien-être de ceux qui apprécient nos produits. Pour en savoir plus sur la Nutrition durable, cliquez ici.

Poursuivre notre travail sur les Critères nutritionnels les plus stricts

L'un des axes fondamentaux de la Nutrition durable consiste à poursuivre le travail commencé en 2003, dans le cadre du Programme d'amélioration alimentaire innovant, que nous avons formalisé en 2010 dans le Plan Unilever pour un mode de vie durable (USLP).

Pour pouvoir atteindre les objectifs nutritionnels de notre USLP, qui consistent à réduire les éléments nutritifs source de préoccupation comme le sucre, le sel et les graisses saturées, nous adoptons une approche globale. Nous avons évalué et continuons d'évaluer chaque marque et chaque produit (y compris les partenariats) vendu sur chaque canal de vente et de distribution et dans chaque pays. Nous les évaluons par rapport aux Critères nutritionnels les plus stricts (HNS), qui s'appuient sur les directives de la l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Ce qui signifie que tous nos consommateurs bénéficieront des progrès accomplis par rapport à nos objectifs nutritionnels. C'est également pour cette raison que nous évaluons également nos progrès réalisés par rapport au volume (% du volume des ventes) plutôt qu'en Unité de gestion des stocks (UGS ou SKU), puisqu'il s'agit d'une indication plus précise de ce que les individus mangent. La définition de nos objectifs en fonction des volumes des ventes nous encourage à augmenter la part de nos ventes de produits qui respecte nos Critères nutritionnels les plus stricts (HNS).

Nous tenons compte des facteurs de nutrition ainsi que du critère de durabilité et des critères éthiques dans nos acquisitions de produits d'alimentation et de boissons. L'acquisition de Sir Kensington’s est un exemple parfait de l'adéquation entre notre stratégie d'un côté et sa mission et ses produits de l'autre. Les délicieux produits alimentaires de la marque Sir Kensington’s ont moins d'effet sur l'environnement, et ils encouragent une cuisine nutritive.

Les progrès des Critères nutritionnels les plus stricts réalisés à ce jour

D'ici 2020, au moins 60 % de notre portefeuille respecteront nos Critères nutritionnels les plus stricts (HNS). À ce jour, 39 % en volume3 respectent déjà ces normes et nous sommes en bonne voie pour atteindre cet objectif ambitieux. Une reformulation à grande échelle est en cours sur l'ensemble de nos catégories de produits, ce qui nous a permis de réaliser des progrès notables en matière de réduction de la teneur en sel, en acides gras saturés et en sucre.

En 2017, les niveaux de sel de 63 % de nos produits alimentaires (en volume) ont satisfait les critères d'apport recommandé par l'OMS qui sont de 5 g de sel par jour. 80 % de notre portefeuille mondial de margarines végétales4 contenaient au maximum 33 % d'acides gras saturés et au moins 67 % de bons acides gras non saturés. À l'heure actuelle, à l'échelle globale, 90 % de nos crèmes glacées conditionnées en pot contiennent au plus 250 kcals par portion. Et depuis 2010, nous avons réduit de 15 % le sucre dans nos boissons sucrées à base de thé.

Nous partageons continuellement nos progrès et notre approche en matière de nutrition avec des experts en santé publique, afin qu'ils puissent également évoquer les avantages de nos produits auprès des consommateurs. Notre approche a été publiquement approuvée : nous avons notamment obtenu une place élevée dans le classement de l'indice mondial 2016 Access to Nutrition (ATNI), une évaluation indépendante des programmes de nutrition mis en œuvre par les principaux fabricants de produits alimentaires et de boissons dans le monde. En Inde, nous avons été classés au deuxième rang de l'India Spotlight Index en 2016.

Un rôle de premier plan dans la réforme du système alimentaire

Nous savons que pour atteindre une Alimentation durable pour tous, nous devons collaborer avec d'autres acteurs de l'industrie alimentaire et d'autre industries apparentées : les ONG, les gouvernements, les agriculteurs, les fournisseurs et dans une large mesure, avec les consommateurs, pour faire évoluer la relation entre la production et la consommation d'aliments et de boissons. Ce n'est qu'en reconnectant les individus aux aliments et aux boissons qu'ils consomment que nous pourrons établir un nouveau système alimentaire qui soutient la santé des individus et de la planète.

Au cœur de la Nutrition durable se trouve notre collaboration avec différentes organisations, avec pour ambition de créer une réforme du système alimentaire qui perdurera plusieurs années. Par exemple, dans le cadre du Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture du Forum économique mondial (WEF), nous préconisons une agriculture durable, une contribution à la sécurité alimentaire, une viabilité environnementale et une opportunité économique. Nous avons avancé aux côtés du WEF pour établir un partenariat avec le G7 et le G20 à l'échelle mondiale.

Pour permettre d'élaborer des objectifs, des solutions techniques et une politique fondés sur des preuves scientifiques aux niveaux national et international, c'est Paul Polman qui préside la coalition des modes d'alimentation et d'utilisation des terres (FOLU). Cette coalition regroupe plus de 30 organisations des secteurs académiques, gouvernements, sociétés civiles et entreprises et a pour objectif de proposer des modèles de Nutrition durable qui fonctionnent pour les individus et la planète.

Unilever joue un rôle majeur dans la coalition de l'initiative FReSH (Food Reform for Sustainability and Health). Cette initiative a été mise en place par le Conseil mondial des affaires pour le développement durable (WBCSD) et la Fondation EAT pour soutenir les ambitions de la coalition FOLU en développant des solutions commerciales sur l'intégralité de la chaîne de valeur alimentaire. Dans cette optique, un Directeur rattaché au Bureau du développement durable d'Unilever est secondé par le Conseil mondial des affaires pour le développement durable WBCSD pendant un an afin de piloter l'initiative.

Nous collaborons également étroitement avec la plaque tournante de la mobilisation de l'ODD2 (une coalition d'ONG et d'entreprises actives dans le secteur de l'alimentation) pour utiliser nos marques, les informations des consommateurs et les conseils des experts en matière de changements comportementaux, afin de sensibiliser le public et de défendre la réforme du système alimentaire.

Contribuer aux avancées scientifiques

Nous contribuons aux réflexions scientifiques les plus récentes sur la sécurité nutritionnelle et l'alimentation durable. En 2017, par exemple, nous avons organisé un atelier commun sur la nutrition durable aux côtés de l'Institut Sackler des sciences nutritionnelles. Parmi les participants se trouvaient des experts des systèmes alimentaires, des sciences environnementales, des sciences nutritionnelles et alimentaires, de la gestion des déchets, du marketing et du comportement des consommateurs. Nous avons abordé un certain nombre de questions, notamment les paramètres qui permettraient de mesurer l'impact environnemental de la production, de quelle manière créer une demande en aliments durables, abordables et sains ; la recherche, quant à elle, doit continuer à soutenir les stratégies nutritionnelles.

Les connaissances scientifiques sont en constante évolution, nous collaborons donc avec d'éminents partenaires de recherche tels que le Top Institute Food and Nutrition aux Pays-Bas et l'Harvard School of Public Health aux États-Unis. Nous recherchons également des facteurs de motivation pour un changement comportemental, par exemple par l'Union internationale des sciences de la nutrition.1 Lorsque nous effectuons des recherches, nous nous assurons de respecter les les normes d'intégrité les plus élevées. Nous partageons nos découvertes lors de conférences scientifiques et dans des publications avec comité de lecture (PDF | 366KB).

Nous utilisons nos connaissances pour jouer un rôle de premier plan à l'échelle du secteur, en prenant part à des initiatives autorégulatrices pour promouvoir de meilleurs produits, une meilleure alimentation et une meilleure qualité de vie. Nous sommes membres d'associations commerciales, telles que l'Alliance internationale des produits alimentaires et des boissons (IFBA), le Consumer Goods Forum (CGF), FoodDrinkEurope (FDE), le Better Business Bureau (BBB) en Amérique du Nord et la Food Industry Asia (FIA). Nous soutenons de vastes coalitions et partenariats, tels que la Global Alliance for Improved Nutrition (GAIN), le Mouvement pour le renforcement de la nutrition (SUN) et le Programme alimentaire mondial (WFP).

Les défis futurs

Le Rapport mondial de 2017 sur la nutrition a révélé que les progrès accomplis par les gouvernements, les autorités sanitaires et l'industrie ne sont pas réalisés suffisamment rapidement pour lutter contre le double fardeau de la malnutrition : l'obésité et la sous-nutrition. Nous avons besoin de plus d'actions collectives nées d'un large éventail de parties prenantes pour aider les personnes à modifier leurs habitudes alimentaires. Nous considérons également le renforcement de la réglementation au sein de l'industrie alimentaire comme un outil qui nous permettra de piloter le changement et de forcer l'industrie à agir plus rapidement pour réduire les éléments nutritifs qui sont la principale source de préoccupation.

Nous avons mis en place un programme clairement défini pour réduire la quantité de sel, de graisses saturées, de sucre et de calories dans de nombreux produits. Nous veillerons à ce qu'ils continuent de satisfaire les goûts des consommateurs et leurs attentes en termes de qualité, puisque les aliments sains qui ne sont pas choisis par les consommateurs n'ont pas d'impact.

Nous renforçons notre action sur les apports nutritionnels en micronutriments, par exemple en exportant des cubes de bouillon enrichis en fer vers le Nigéria et le Kenya. Cela permettra à nos produits d'atteindre davantage de personnes, y compris celles appartenant aux groupes à faible revenu. Nous nous concentrons également davantage sur la promotion numérique de recettes saines pour nos marques, en faisant appel à des normes cohérentes qui mettent l'accent sur les nutriments clés ainsi que sur des ingrédients sains.

Bien que nous soyons conscients qu'il reste encore beaucoup de travail à accomplir, et que nous soyons déterminés à jouer notre rôle, nous sommes heureux de constater qu'à ce jour, notre travail a été reconnu à sa juste valeur ; nous poursuivons donc nos efforts pour atteindre une Nutrition durable.

1 FAO (p.5) http://www.fao.org/fileadmin/templates/wsfs/docs/expert_paper/How_to_Feed_the_World_in_2050.pdf

2 UN Global Food Insecurity Report 2014

3 Pour mesurer les progrès accomplis en matière de nutrition, nous utilisons une période de déclaration allant du 1er octobre au 30 septembre. Voir nos Critères nutritionnels les plus stricts (PDF | 324KB) (PDF | 324 Ko)

4 Pour tous les autres produits figurant dans notre portefeuille margarines, y compris nos mélanges, nous nous efforçons de proposer des produits présentant le plus faible niveau d'acides gras saturés sans compromettre les performances de nos produits tout en répondant aux attentes de nos clients et de nos consommateurs.


Développer pour plus d'informations sur Améliorer la nutrition

Objectifs et résultats

Nos objectifs ambitieux en matière de nutrition peuvent aider des centaines de millions de personnes à profiter d'aliments de qualité et d'une meilleure alimentation.

Améliorer la nutrition
Notre engagement

Nous allons œuvrer sans relâche à l'amélioration du goût et de la qualité nutritionnelle de l'ensemble de nos produits. La plupart de nos produits répondent aux critères de référence définis sur la base des recommandations nationales en matière de nutrition, voire vont au-delà. Notre engagement va plus loin : d'ici 2020, nous doublerons la part de notre portefeuille répondant aux Critères nutritionnels les plus stricts (HNS) définis sur la base de recommandations alimentaires mondialement reconnues. Cela aidera des centaines de millions de personnes à adopter une alimentation plus saine.

Nos résultats

En 2017, 39 % de notre portefeuille par volume répondaient aux Critères nutritionnels les plus stricts, définis sur la base de recommandations alimentaires mondialement reconnues

Notre approche

Respecter les Critères nutritionnels les plus stricts (HNS), une approche encore plus exigeante d'Unilever, fondée sur des recommandations nutritionnelles nationales et qui traduit un engagement important. Cette approche nécessite une reformulation de nos produits, pour fabriquer des aliments et des boissons savoureux que les consommateurs apprécient, tout en respectant nos objectifs ambitieux.

La plus grande partie de notre portefeuille de produits répond aux critères de référence définis sur la base des recommandations nationales en matière de nutrition. Nous sommes en passe de respecter notre engagement rigoureux pour 2020 : 60 % de notre portefeuille de produits alimentaires et de boissons par volume et dans l'ensemble des pays répondront à nos critères nutritionnels les plus stricts (par rapport à une valeur de référence de 30 %). En 2017, 39 % de celui-ci respectait ces normes.1 Ce qui équivaut à bien plus de la moitié des portions que nous vendons.

Une grande partie de la reformulation est en cours sur toutes nos catégories de produits et nous avons réalisé des progrès notables en matière de réduction de la teneur en sel, en sucre et en acides gras saturés tout en produisant une alimentation positive respectant notre stratégie de Nutrition durable. Nous partageons continuellement nos progrès et notre approche en matière de nutrition avec des experts en santé publique et en nutrition afin qu'ils puissent également évoquer les avantages de nos produits auprès des consommateurs.

Notre approche, qui consiste à reformuler notre portefeuille de produits, a été publiquement approuvée : nous sommes notamment arrivés en tête du classement de l'indice mondial 2016 Access to Nutrition (ATNI), une évaluation indépendante des programmes de nutrition mis en œuvre par les principaux fabricants de produits alimentaires et de boissons dans le monde. En Inde, nous avons été classés au deuxième rang de l'India Spotlight Index en 2016.

Nous travaillons d'arrache-pied pour que ces améliorations profitent aux millions de personnes qui apprécient nos produits alimentaires et boissons au quotidien. Consultez une synthèse de nos résultats dans nos principaux pays en 2017 par rapport à nos objectifs « nutrition » définis à l'échelle mondiale. Nous veillons à nos résultats au niveau des piliers et des objectifs de notre Plan Unilever pour le développement durable sur une base continue ; la vérification la plus récente de notre pilier « nutrition » date de 2017 et a été réalisée par PwC (PDF | 323KB). Consultez l'Attestation indépendante pour en savoir plus sur notre approche en matière d'assurance.

† Attesté indépendamment par PwC.

1 Pour mesurer les progrès accomplis en matière de nutrition, nous utilisons une période de déclaration allant du 1er octobre au 30 septembre. Voir nos Critères nutritionnels les plus stricts (PDF | 317KB) .


  • Réalisé 

  • Conforme au plan

  • Non conforme au plan

  • %

    De l'objectif atteint

Key
  • Réalisé 

    .

  • Conforme au plan

    .

  • Non conforme au plan

    .

  • %

    De l'objectif atteint

    .

Nos objectifs

Veuillez consulter l'Attestation indépendante pour plus d'informations sur notre programme d'attestation au sein du Plan Unilever pour un mode de vie durable.

Réduire la teneur en sel

Notre première étape importante a été de limiter la teneur quotidienne en sel à 6 g pour la fin de l'année 2010. Cela a nécessité des réductions allant jusqu'à 25 %. En 2010, nous avions indiqué que notre ambition était de diminuer la teneur en sel de nos produits de 15 à 20 % de plus en moyenne pour atteindre l’objectif de 5 g par jour. En 2013, nous avons précisé notre engagement.


  • D'ici 2020, 75 % de notre portefeuille Produits alimentaires présentera une teneur en sel conforme à un apport journalier de 5 g.

En 2017, 63 % de notre portefeuille Produits alimentaires respectait l’objectif de 5 g.


Notre approche

Nous sommes en passe d'atteindre notre objectif pour 2020. Notre catégorie Produits alimentaires et Rafraîchissements et notre activité restauration professionnelle Food Solutions continuent de mettre en œuvre les programmes convenus de réduction de la teneur en sel, tout en offrant des produits savoureux. L'acceptation du consommateur est un facteur de réussite clé pour la réduction de la teneur en sel. Les produits savoureux sont ceux qui auront le plus d'impact car nous savons que les consommateurs ne sont pas prêts à échanger un aliment qui a du goût contre un aliment sain. Nous continuerons également à travailler avec les gouvernements, les autorités sanitaires et les professionnels de santé pour porter notre attention sur les éléments déclencheurs et les obstacles que les personnes rencontrent dans l'adoption d'habitudes plus saines, les apports journaliers en sel de la population étant à l'heure actuelle largement supérieurs aux niveaux recommandés.

Réduire la teneur en graisses saturées

Nous nous sommes engagés à améliorer la teneur en graisses de nos produits en réduisant autant que possible la part d'acides gras saturés et en augmentant les niveaux de matières grasses essentielles.


  • D'ici 2012, nos principales margarines contiendront moins de 33 % d'acides gras saturés par rapport aux graisses totales.
92

En 2012, 92 % de nos principales margarines par volume contenaient moins de 33 % d'acides gras saturés par rapport aux graisses totales.


  • Une portion quotidienne fournira au moins 15 % des acides gras essentiels recommandés par les directives alimentaires internationales.
92

En 2012, 92 % de nos principales margarines par volume fournissaient au moins 15 % des acides gras essentiels recommandés par les directives internationales.


Nous souhaitons poursuivre l'amélioration qualitative des graisses présentes dans toutes les margarines végétales que nous vendons en barquettes. En 2013, nous avons étendu notre engagement.


  • En 2017, 90 % de notre portefeuille mondial de margarines végétales1 contenaient au maximum 33 % d'acides gras saturés et au moins 67 % de bons acides gras non saturés.

Dans les régions tropicales ne bénéficiant pas d'une distribution réfrigérée, la teneur maximale en acides gras saturés sera fixée à 38 %, un niveau de graisses saturées légèrement plus élevé étant requis pour garantir la stabilité des margarines.

80

En 2017, 80 % de notre portefeuille mondial de margarines végétales1 contenaient au maximum 33 % d'acides gras saturés et au moins 67 % de bons acides gras non saturés.


Notre approche

La proportion de notre portefeuille mondial de margarines végétales atteignant notre objectif a légèrement augmenté, pour passer de 79 % en 2016 à 80 % en 2017. C'est 10 % de moins que notre objectif, ce qui signifie que nous n'avons pas atteint notre but. La demande pour nos margarines contenant moins d'acides gras saturés a augmenté moins que prévu.

Tandis que nos margarines à faible teneur en acides gras saturés conservent leur attrait pour les consommateurs, nombreux sont nos produits à faible teneur en acides gras saturés qui sont en concurrence avec des produits à plus forte teneur en acides gras saturés, comme par exemple le beurre qui offre une saveur et une consistance différentes. En effet, certains de nos produits reformulés contiennent désormais plus d'acides gras saturés que l'objectif que nous nous sommes fixé, afin de proposer le goût et les performances culinaires que les consommateurs souhaitent. Ce fut une décision difficile à prendre mais nos margarines restent une option plus saine sur le marché si on les compare au beurre.

Nous sommes persuadés que nos efforts ont permis d'apporter une contribution significative pour réduire la teneur en acides gras saturés dans l'assiette des consommateurs. Nous avons par exemple constaté que la sensibilisation des individus à la santé cardiovasculaire est souvent plus efficace quand elle est effectuée en collaboration avec les autorités sanitaires et les professionnels de santé. Nous sommes convaincus que cet héritage se poursuivra une fois que notre activité Margarines sera sous la direction d'un nouveau propriétaire.

1 Pour tous les autres produits figurant dans notre portefeuille margarines, y compris nos mélanges, nous nous efforçons de proposer des produits présentant le plus faible niveau d'acides gras saturés, sans compromettre les performances de nos produits et tout en répondant aux attentes de nos clients et de nos consommateurs.

Bonnes graisses et huiles végétales

Supprimer les acides gras trans

D'ici 2012, nous aurons supprimé de tous nos produits toutes les graisses trans provenant d'huiles végétales partiellement hydrogénées.

Fin 2012, 100 % de notre portefeuille par volume ne contenait plus de graisses trans provenant d'huiles végétales partiellement hydrogénées.1


Notre approche

Fin 2012, nous avions atteint notre objectif visant à éliminer toutes les graisses trans provenant d'huiles végétales partiellement hydrogénées de nos produits dans le monde entier. Nous vérifions régulièrement nos produits pour nous assurer de leur conformité. Si des produits contenant des graisses trans provenant d'huiles végétales partiellement hydrogénées sont trouvés, ils font l'objet d'une reformulation.

1 Nous avons publié notre définition et notre approche concernant la suppression des graisses trans provenant d'huiles végétales partiellement hydrogénées. Voir : Melnikov S & Zevenbergen H. « Implementation of removing trans fatty acids originating from partially hydrogenated vegetable oils ». New Food 2012; 5: 44-46. Cette approche se concentre sur les principaux ingrédients de nos recettes et n'inclut pas les traces de graisses trans provenant d'huiles végétales partiellement hydrogénées qui peuvent être détectées dans certains arômes ou émulsifiants.

Bonnes graisses et huiles végétales

Réduire le sucre

Avant 2010, nous avions déjà réduit la teneur en sucre de nos thés prêts-à-boire. D'ici 2020, nous supprimerons encore 25 % du sucre présent dans ces boissons. En 2014, nous avons étendu cet objectif pour inclure notre thé glacé en poudre et nos préparations à base de thé et de lait.1

De 2010 à 2017, réduction de 15 % de la teneur en sucre dans toutes nos boissons sucrées à base de thé.


Notre approche

Nous sommes en passe de respecter notre engagement pour 2020. En 2017, nous avons encore progressé en réduisant les niveaux de sucre dans beaucoup de produits existants et en lançant de nouveaux contenant moins de sucre sur de nombreux marchés. Cela a donné lieu à une réduction de 2,8 % de la teneur en sucre en 2017 par rapport à 2016. Nous continuerons à réduire les niveaux de sucre dans notre portefeuille de boissons à base de thé et à proposer des produits et des innovations contenant moins de sucre, tout en conservant le goût que nos consommateurs apprécient.

1 Notre objectif de réduction du sucre s'applique à tous les thés glacés, le thé glacé en poudre, les préparations à base de thé et de lait, les concentrés liquides, la vente au détail et les services alimentaires, ainsi que tout nouveau format sucré pour la période 2010 à 2020.

Diminuer les calories

  • En 2014, 100 % de nos crèmes glacées pour enfants contenaient au maximum 110 kilocalories par portion. Ce niveau a été atteint par 60 % de nos produits en 2012.

En 2014, 100 % de nos crèmes glacées pour enfants contenaient au maximum 110 kilocalories par portion. Ce résultat a été maintenu année après année depuis cette date, y compris en 2017.2


  • En 2015, 80 % de nos crèmes glacées conditionnées ne dépassaient pas 250 kilocalories par portion.1

91 % de nos crèmes glacées conditionnées par volume contenaient au maximum 250 kilocalories par portion en 2015. Ce résultat a été maintenu, avec une réalisation de 90 % de l'objectif en 2017.2


Notre approche

En 2014, nous avons atteint l'objectif que nous nous étions fixé pour les crèmes glacées pour enfants, à savoir 100 % de crèmes glacées contenant au maximum 110 kilocalories par portion. Ce résultat a été maintenu année après année depuis cette date, y compris en 2017. Nous étions l'une des premières entreprises mondiales à assurer que toutes ses crèmes glacées pour enfants, dans le monde entier, soient responsables sur le plan nutritionnel. Maintenir 100 % de conformité reste un objectif important.

En 2015 et 2016, nous avons atteint nos objectifs en ce qui concerne nos crèmes glacées conditionnées par volume, avec 91 % d'entre elles qui contenaient au maximum 250 kilocalories par portion. Ce qui a largement dépassé notre objectif des 80 %. En 2017, 90 % de nos crèmes glacées conditionnées contenaient au maximum 250 kilocalories par portion (pourcentage calculé sur 94 % de notre volume mondial de ventes de crèmes glacées).

Le volume des ventes de produits « plaisir » (ceux affichant plus de 250 calories) a augmenté en 2017 par rapport aux années précédentes. En conséquence, le pourcentage de conformité a légèrement diminué pour atteindre 90 %, puisque le volume total des ventes de produits affichant moins de 250 calories par portion n'a pas augmenté au même rythme. Cependant, nos résultats restent bien au-dessus de notre objectif de 80 %. Nous continuons de démontrer notre approche responsable sur l'ensemble de notre activité crèmes glacées, et nous avons pour ambition d'atteindre si possible moins des 250 calories par portion et une conformité d'au moins 80 % sur chaque marché.

1 Une portion est définie de la manière suivante : une crème glacée individuelle et préconditionnée devant être consommée en une fois ou 100 ml de crème glacée lorsqu'elle est vendue dans un conditionnement destiné à plusieurs instants de consommation (en pots, par exemple).

2 Notre objectif des crèmes glacées pour enfants a été évalué à la fin du 4e trimestre 2014 ; notre rapport sur les crèmes glacées préconditionnées montre les progrès réalisés entre le 4e trimestre 2015 et le 3e trimestre 2016. Nous continuons de mesurer les progrès réalisés par rapport à vos objectifs pour des raisons de transparence.

Fournir des informations sur une alimentation saine

Notre objectif est de fournir un étiquetage simple et clair sur nos produits pour aider les personnes à opter pour une alimentation équilibrée sur le plan nutritionnel. Nos produits en Europe et en Amérique du Nord fournissent des informations nutritionnelles complètes.


  • En 2015, cette mesure a été étendue pour couvrir tous les produits dans le monde. Nous indiquerons la valeur énergétique par portion sur l'avant de chaque paquet, ainsi que les huit principaux nutriments, et les repères nutritionnels journaliers (RNJ) en % pour cinq nutriments au dos de l'emballage.

Outre la législation sur chaque marché, nos objectifs respecteront les conventions sectorielles locales ou régionales.

86

En 2015, 86 % de notre portefeuille disposait d'un étiquetage nutritionnel complet sur chaque emballage, conformément à notre engagement. En 2017, ce pourcentage est passé à 94 %.1 Nous travaillons aux côtés des autorités concernées pour créer un climat positif en matière d'étiquetage, pour apporter de nouveaux changements à nos produits et pour aider les consommateurs à choisir des produits plus sains.


Notre approche

Nous n'avons pas atteint notre objectif en 2015, nous maintenons cependant notre engagement à faire évoluer l'étiquetage nutritionnel sur nos produits. En 2017, 94 %2 de notre portefeuille respectait pleinement notre engagement. En plus d'apporter des informations nutritionnelles sur les emballages, nous communiquons également des informations par le biais des plateformes numériques de notre marque et par nos services consommateurs.

Notre objectif s'étend et couvre désormais l'intégralité de nos marques et de nos marchés. Nous avons mis en place un modèle de gouvernance mondiale ainsi que de vastes activités de suivi pour vérifier l'étiquetage nutritionnel produit par produit. Toutefois, même si nous poursuivons notre engagement en faveur d'un étiquetage complet sur l'ensemble de notre portefeuille de produits alimentaires et boissons, nous devons encore atteindre pleinement notre objectif.

Dans la mesure où plusieurs pays ont leurs préférences en matière d'étiquetage frontal et développent leur propre système, nous continuons de travailler avec les gouvernements, les ONG et d'autres acteurs majeurs de la santé publique. Ensemble, nous travaillons à la mise en place de systèmes d'étiquetage transparents et harmonisés à l'échelle mondiale qui guideront les consommateurs vers des choix sains.

1 Une portion est définie de la manière suivante : une crème glacée individuelle et préconditionnée devant être consommée en une fois ou 100 ml de crème glacée lorsqu'elle est vendue dans un conditionnement destiné à plusieurs instants de consommation (en pots, par exemple).

2 Ces chiffres sont basés sur les volumes des ventes du 1er avril 2017 au 30 juin 2017 de nos catégories Produits alimentaires et Rafraîchissements (y compris celles faisant partie de l'activité Pepsi Lipton pour lesquelles Unilever est responsable du marketing et de la distribution) , ainsi que les volumes de ventes des produits Unilever Food Solutions ; cela exclut les produits commercialisés par l'intermédiaire d'autres coentreprises et les marques de distributeurs.

Étiquetage nutritionnel
Back to top